Pastilles à la guimauve pour les gorges irritées

Les gorges enrouées et irritées sont le signe que l’hiver est bien là. Mais saviez-vous qu’il est possible de se soulager de ces tracas avec des plantes médicinales? Si vous aimez faire vos propres remèdes, cette recette est faite pour vous !


Cet article vous est offert par Michaël Berthoud, du blog Cueilleurs Sauvages. Michaël est spécialisé dans les plantes sauvages comestibles et médicinales et organise des sorties sur le terrain pour partir à leur découverte.




Toux sèche ou grasse ?


Si vous souffrez de maux de gorge, la première question à vous poser est de savoir si votre toux est plutôt de nature humide et grasse ou au contraire de nature sèche et irritative. Car le remède ne sera pas le même. Dans le premier cas, une plante dite expectorante comme le thym permettra de fluidifier le mucus produit par les bronches pour faciliter son expectoration, c’est-à-dire son évacuation tout en apportant un effet antimicrobien.


Les pastilles que nous vous proposons de réaliser soulageront au contraire les toux de conditions sèches, lorsqu’il faut adoucir des tissus enflammés et irrités. Et pour cela nous allons utiliser une plante grandement reconnue pour cet usage, la guimauve officinale (Althaea officinalis)!



La guimauve est médicinale !


Tout le monde connaît les bonbons à la guimauve, les fameux Chamallows, ou marshmallows en anglais. Mais peu de gens savent que cette sorte de gélatine était autrefois extraite de la guimauve officinale, et plus particulièrement de ces racines. Et c’est d’ailleurs une grande plante médicinale !


La guimauve est une utilisée dans le traitement des inflammations et des irritations des voies respiratoires.[1] C’est une des plantes médicinales les plus mucilagineuses [2], et c’est cela qui va nous faire du bien. Les mucilages sont des polysaccharides qui, au contact de l’eau, prennent une consistance visqueuse et gélatineuse. Vous pouvez le constater en faisant une simple infusion de racines de cette plante, ou de fleurs de tilleul, de mauves ou de feuilles de plantain. Le gel ainsi formé a une action adoucissante et rafraichissante sur les muqueuses. De plus, les études montrent une action antibactérienne de la guimauve sur certains streptocoques [3].



En association, c’est encore mieux


La poudre de racine de guimauve va constituer les ¾ de nos pastilles. Le reste peut être constitué d’autres plantes pectorales, par exemple la réglisse. Ces deux plantes s’associent parfaitement dans le traitement des gorges enrouées en hiver. Elle aussi est traditionnellement utilisée pour soulager les gorges enflammées [4]. Parmi ces nombreuses propriétés, citons ses effets antibactérien et antiviral [5].


Cependant, son goût est fort et ne plaira pas à tout le monde. Comme alternative à la réglisse, vous pouvez utiliser des feuilles de plantain (lancéolé ou major) séchées et pulvérisées. Le plantain est également riche en mucilages, bien qu’en plus faible quantité que la guimauve.



3 ingrédients de base: miel, racine de guimauve et réglisse.

Recette


La recette proposée ici est réalisée à partir des racines et/ou feuilles pulvérisées et agglomérées sous forme de pastilles. Le liant est constitué de miel. C’est une recette de base que vous pourrez adapter comme vous le désirez. Il est plus simple d’acheter les racines déjà pulvérisées. Le faire soi-même est possible, mais fastidieux, car la guimauve est très fibreuse !

La guimauve et la réglisse sont des plantes qui se trouvent facilement en herboristeries. Ces bonbons médicinaux seront certainement un classique de votre pharmacie naturelle!

Ingrédients


  • 100gr de racines de guimauve pulvérisée

  • 30gr de racines de réglisse ou feuilles de plantain, feuilles de mauve ou fleurs de tilleul, ou toute autre plante mucilagineuse / pectorale / antimicrobienne

  • Miel


Marche à suivre


  1. Peser 2/3 de racines de guimauve et 1/3 de racines de réglisse.

  2. Si les racines ne sont pas pulvérisées : passer les racines au blender ou au moulin à café, puis tamiser pour avoir une poudre fine.

  3. Mélanger les deux poudres et les placer dans un bol. En réserver une petite quantité de côté.

  4. Rajouter petit à petit du miel au mélange et former des pastilles lorsque la consistance devient pâteuse. Mettre les pastilles dans la poudre mise de côté pour éviter qu’elles ne collent les unes aux autres. Facile!

  5. Conserver dans une boite hermétique (ou recouverte de papier sulfurisé).




Conservation


A l’abri de l’humidité et de la lumière ces pastilles se conservent une année.



Contre-indications


Il n’y a pas de contre-indications pour la guimauve, bien que les données ne soient pas suffisantes pour la préconiser aux enfants de moins de 3 ans. Pour les enfants de 3 à 6 ans, il faut éviter de dépasser les 3g de plante sèche par jour, ce qui correspond à environ 2 pastilles. Et 4,5 g pour les six-douze ans (3 pastilles) [6].


La réglisse est contre-indiquée aux femmes enceintes et aux personnes hypertendues, car elle fait monter la tension artérielle et en cas d’insuffisance rénale. Les personnes hypertendues ou qui supportent mal la réglisse (comme moi !) peuvent la remplacer par les feuilles de plantain (Plantago major ou Plantago lanceolata).




References


[1] Gautan SS, Navneet, Kumar S, Chauhan R. Antimicrobial efficacy of Althaea officinalis Linn. Seed extract and essential oil against respiratory tract pathogens. J Appl Pharm Sci. 2015;5:115–9.

[2] Roza Haghgoo, Majid Mehran, […], and Motahare Ahmadvand. Antibacterial Effects of Different Concentrations of Althaea officinalis Root Extract versus 0.2% Chlorhexidine and Penicillin on Streptococcus mutans and Lactobacillus (In vitro). J Int Soc Prev Community Dent. 2017 Jul-Aug; 7(4): 180–185.

[3] Dehghan E, Dashti H, Baghizadeh A. Antibacterial effect of ethanol extract (Althaea officinalis) on Streptococcus pyogenes compared with prevalent antibiotics in-vitro. J Rafsanjan Univ Med Scie. 2013;12960:461–74.

[4] Sedighinia F., Afshar A. S., Soleimanpour S., Zarif R., Asili J., Ghazvini K. Antibacterial activity of Glycyrrhiza glabra against oral pathogens: an in vitro study. Avicenna Journal of Phytomedicine. 2012;2(3):118–124.

[5] Fiore C., Eisenhut M., Krausse R., et al. Antiviral effects of Glycyrrhiza species. Phytotherapy Research. 2008;22(2):141–148. doi: 10.1002/ptr.2295.

[6] Stéphane Bastianetto, Ph. D, octobre 2012, https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=guimauve_ps

0